social media history
Image via 000 under CC0 1.0

L’histoire des médias sociaux en 29 moments forts

L’histoire des médias sociaux en 29 moments forts,  les plus décisifs de l’histoire des médias sociaux, de la création du tout premier réseau social (dans les années 1990) aux derniers changements que connaissent des réseaux comptant des milliards d’utilisateurs.

Alors asseyez-vous, détendez-vous et plongez dans un passé qui raconte l’avenir.

Bonus: Notre guide en 8 étapes pour développer votre présence sur les réseaux sociaux vous aidera à élaborer une stratégie social media des + efficaces !

Les 29 moments décisifs de l’histoire des médias sociaux

1. Naissance du premier site de médias sociaux (1997)

Sur l’un des premiers véritables sites de médias sociaux, à savoir SixDegrees.com, on peut configurer une page de profil, créer des listes de contacts et envoyer des messages au sein de réseaux.

Le site compte environ un million d’utilisateurs, avant d’être racheté pour 125 millions de dollars, puis fermé en 2000. Après un modeste retour quelques années plus tard, le site subsiste aujourd’hui.

2. Hot or Not (2000)

Comment oublier Hot or Not ( AmIHotorNot.com ), site qui invitait les utilisateurs à poster des photos d’eux-mêmes afin d’être évalués par les autres utilisateurs en fonction de leur charme. Selon la rumeur, le site aurait influencé les créateurs de Facebook et de YouTube, et il aurait alimenté le manque de confiance de millions de personnes.

Après avoir été vendu plusieurs fois, le site a été revisité sous forme de « jeu » en 2014 par ses nouveaux propriétaires.

3. Friendster (2002)

Puis vint le meilleur ami pour la vie : Friendster.

Lancé en 2002, Friendster est à l’origine un site de rencontre, qui permet aux utilisateurs à faire la connaissance d’amis de leurs amis. On peut y créer un profil, inclure des « mises à jour de statut » et indiquer son humeur. Un service de messagerie permet également d’envoyer des messages à des « amis d’amis d’amis ».

Malheureusement, en 2003, le site connaît un pic de popularité auquel l’entreprise n’est absolument pas préparée. Les serveurs sont saturés, ce qui se répercute sur les utilisateurs qui commencent à se connecter ailleurs.

4. MySpace : « un endroit pour les amis » (2003)

Mécontents du service de Friendster, les utilisateurs abandonnent massivement le site et optent pour le rival MySpace, qui devient rapidement le site de prédilection de millions d’adolescents branchés. Visibles de tous, les profils publics personnalisables de MySpace (qui contiennent souvent de la musique, des vidéos et des selfies de mauvaise qualité) contrastent avec les profils privés de Friendster, qui sont réservés aux utilisateurs inscrits.

2005 marque l’apogée de MySpace. Le site compte 25 millions d’utilisateurs et se classe à la cinquième place des sites les plus populaires aux États-Unis. La même année, le site est vendu à NewsCorp. C’est alors le début du déclin : d’ultra-tendance, le site devient ultra-kitsch.

5. Les médias sociaux gagnent du terrain (2003-2005)

En 2003, Mark Zuckerberg lance Facemash, décrit comme étant la réponse de l’université de Harvard au réseau Hot or Not. « The Facebook » lui fait suite en 2004. Le site atteint le million d’utilisateurs inscrits cette même année, et abandonne l’article « the » pour devenir simplement « Facebook » en 2005, après l’achat du domaine « Facebook.com » pour la somme de 200 000 $.

À la même époque, un raz-de-marée d’autres sites de médias sociaux déferle :

LinkedIn fait son apparition, ciblant la communauté des entreprises. Naissent également des sites de partage de photos comme Photobucket et Flickr, le site web social del.ici.ous axé sur le partage de marque-pages Internet et la plateforme aujourd’hui omniprésente de création de blogs WordPress.

YouTube entre en scène en 2005. Vous souvenez-vous de « Me at the zoo », la toute première vidéo YouTube dans laquelle un homme commente sa visite au zoo devant l’enclos des éléphants ? Cette vidéo totalise aujourd’hui 56 millions vues.

La même année, le site web communautaire d’actualités sociales Reddit est lancé.

6. Éclosion de Twitter (2006)

S’il est né en 2004, c’est en 2006 que Facebook prend véritablement son envol : le réseau social permet à tout le monde de s’inscrire et passe d’un club réservé aux étudiants de Harvard à un réseau mondial.

Twttr, qui devient ensuite Twitter, décolle également en 2006.

Le tout premier tweet de l’histoire est publié par son cofondateur, @Jack Dorsey, le 21 mars 2006 : « just setting up my twttr » [je viens de configurer mon compte twttr]. Quelle bonne idée d’avoir changé de nom, car « twttr » n’était franchement pas « trrbl » !

Dorsey envisage d’abord twttr comme un outil de communication par SMS permettant l’envoi de mises à jour de statut entre amis. Apparemment, lors des premières phases de développement, l’équipe twttr a accumulé quelques factures salées en frais de SMS. TechCrunch souligne que les premiers utilisateurs de twttr envoyaient des messages du genre « Nettoyage de mon appartement » ou « J’ai faim » (finalement, le temps passe mais rien ne change !).

7. LinkedIn « dans le vert » (2006)

Se distinguant radicalement des autres réseaux, LinkedIn (autrefois surnommé « MySpace pour adultes ») est le premier réseau social à proposer à ses utilisateurs des forfaits Premium payants. Son espace Emplois et Abonnements, et son premier forfait Premium Business permettent à LinkedIn de générer du chiffre d’affaires dès les premières années.

En 2006, seulement trois ans après son lancement (et trois ans avant Facebook !), LinkedIn engendre pour la première fois des bénéfices.

« En ce qui nous concerne, un an de rentabilité n’est qu’un « aperçu » du succès que nous visons chez LinkedIn », affirme le directeur des médias sociaux, Mario Sundar, dans un billet de blog qui encense la première année de LinkedIn « dans le vert ».

La rentabilité du site est un thème récurrent dans la course à l’introduction en bourse, qu’il s’agisse de LinkedIn ou de ses nombreux imitateurs.

8. YouTube se fait des partenaires (2007)

Après des débuts éléphantesques, YouTube gagne en popularité : de la date de sa version bêta en mai 2005 à son lancement officiel en décembre 2005, le réseau comptabilise près de huit millions de vues quotidiennes. Puis les choses s’accélèrent : avant même d’être racheté par Google à l’automne 2006, le site compte 100 millions de vidéos, regardées par 20 millions d’utilisateurs dévoués.

En mai 2007, YouTube lance son Programme Partenaire, qui marque un tournant pour le site. L’initiative n’a rien de mystérieux : il s’agit d’une partenariat entre YouTube et ses créateurs de contenus populaires. YouTube fournit la plateforme, les créateurs fournissent le contenu. Les bénéfices issus des publicités diffusées sur les chaînes des créateurs sont partagées entre les deux parties.

9. Tumblr et l’ère du microblogging (2007)

En 2007, Tumblr décrit comme « la rencontre de Twitter avec YouTube et WordPress » débarque. Alors âgé de 17 ans, David Karp lance Tumblr depuis sa chambre dans l’appartement de sa mère à New York. Le site permet aux utilisateurs de publier des photos, vidéos et textes, et de « rebloguer » leurs amis dans leur « tumblelogs ».

Peu après, le terme de microblogging est couramment employé pour décrire à la fois Twitter et Tumblr, qui permettent tous deux à leurs utilisateurs d’« échanger des contenus de petite taille, comme des phrases courtes, des images ou des liens vidéo ».

10. L’avènement du hashtag (2007)

La limite stricte des tweets à 140 caractères place Twitter à distance de ses rivaux, y compris Facebook et Tumblr. Mais à l’ère du numérique, s’il est une chose que l’on doit à Twitter, c’est surtout le hashtag, symbole qui a permis aux organisateurs politiques et aux citoyens lambda de mobiliser, promouvoir et sensibiliser autour de questions sociales critiques (et pas si critiques).

Les hashtags ont également semé les graines qui ont permis l’éclosion de mouvements tels que #Occupy, #BlackLivesMatter et #MeToo.

D’autres hashtags occupent le temps, comme #SundayFunday, #YOLO et #Susanalbumparty.

Comme l’histoire le raconte, au cours de l’été 2007, l’un des premiers adeptes de Twitter, Chris Messina, propose d’utiliser le hashtag (symbole inspiré de ses débuts sur les discussions relayées par Internet, ou IRC) pour classer les tweets. Il faut attendre plusieurs mois avant que le hashtag #SanDiegoFire apparaisse pour regrouper tous les tweets et les informations à propos des feux de forêt en Californie.

Pourtant, Twitter n’adopte totalement le hashtag qu’en 2009, prenant alors conscience que ce symbole est plus qu’un simple moyen d’organiser les contenus, mais un langage unique permettant d’exprimer des idées et des émotions sur Internet. Le hashtag dynamise la plateforme et séduit de nouveaux utilisateurs.

11. Bienvenue Weibo (2009)

Puisque nous parlons de microblogging, il convient de citer le site chinois de microblogage Sina Weibo, ou simplement Weibo. Mélange de Facebook et de Twitter, ce site est lancé en 2009 – l’année même où Facebook et Twitter sont interdits en Chine. Aux côtés de Qzone et QQ, Weibo reste l’un des réseaux sociaux les plus populaires de Chine, avec pas moins de 340 millions d’utilisateurs connectés chaque mois.

12. Retour à la terre avec FarmVille (2009)

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’océan, 2009 est l’année où grand-père, grand-mère et tante Claudine rejoignent Facebook et ne peuvent résister à la tentation de vous inviter à participer au nouveau passe-temps familial : FarmVille. Et comme vous n’êtes pas suffisamment occupé dans « la vie réelle », vous commencez à diriger une exploitation agricole virtuelle.

Ce jeu social addictif a même figuré dans la liste des pires inventions au monde, publiée par le TIME Magazine. (Évidemment, cette nomination n’a pas empêché Zynga de créer des dérivés comme PetVille, FishVille et FarmVille 2.)

13. Quand votre « check-in » Foursquare évince votre mise à jour Farmville (2009)

L’année 2009 montre également aux utilisateurs comment acquérir des « titres » grâce à leurs trajets quotidiens. L’application de géolocalisation Foursquare est l’une des premières à permettre aux utilisateurs d’indiquer où ils se trouvent et de publier des check-ins, en recommandant certains quartiers ou villes à leur famille et à leurs amis. Ils peuvent même décrocher le titre de maire virtuel d’un lieu donné.

14. Grindr révolutionne les rencontres (2009)

En 2012, il est vrai que l’application Tinder transforme la culture des rencontres en ligne. Mais dès 2009, Grindr est la première application de rencontres géolocalisée destinée aux hommes homosexuels et bisexuels, permettant à ses utilisateurs de discuter et de rencontrer des hommes géolocalisés à proximité. Pour le meilleur comme pour le pire, cette application a révolutionné la culture de la drague chez les homosexuels, et a ouvert la voie à de nombreuses applications similaires comme Scruff, Jack’d, Hornet, Chappy et Growlr (destinée aux ours).

15. Unicode adopte l’emoji (2010)

La culture digitale est bousculée quand apparaît le premier emoji sur les téléphones portables japonais, en 1999, grâce à l’initiative de Shigetaka Kurita. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les emojis se sont popularisés à la vitesse de l’éclair.

Au milieu des années 2000, les emojis commencent à se développer à l’échelle mondiale, sur les plateformes Apple et Google.

Réalisant qu’il devenait pratiquement impossible pour les utilisateurs d’écrire un message sans insérer un pouce vers le haut, le standard Unicode adopte l’emoji en 2010. On légitime ainsi les emojis en tant que langage. D’ailleurs, l’emoji représentant un visage hilare (en anglais, « Face with tears of joy ») a même été adopté en tant que « mot » par l’Oxford Dictionary en 2015.

Et à chaque pays son emoji : les Américains préfèrent les têtes de mort, les Canadiens sont numéro un en ce qui concerne l’utilisation du tas de caca qui sourit (un peu gênant, non ?) et les Français sont (évidemment) adeptes du cœur.

16. Instagram entre en scène (2010)

Vous souvenez-vous de l’époque où les filtres n’existaient pas ? Où il était impossible de partager une photo en y ajoutant le filtre Gingham avec lequel tout devient « vintage » ?

Nous devons aux fondateurs d’Instagram notre incapacité à passer une journée sans poster une photo retouchée avec un filtre type Polaroïd sur nos fils d’actualité. Le 16 juillet 2010, l’une des premières photos publiées sur Instagram par son cofondateur Mike Krieger (@mikeyk) représente un port de plaisance. La photo ne comporte aucune légende et elle est truffée de filtres.

Cette image a certainement inspiré le milliard d’utilisateurs du monde entier qui publie aujourd’hui plus de 95 millions d’images par jour (selon des chiffres de 2016).

17. Pinterest tire son épingle du jeu (2010)

Malgré un premier lancement du site en bêta fermée en 2010, ce n’est qu’en 2011 qu’« épingler » devient le nouveau passe-temps favori des reines et des rois de la déco intérieure. Le réseau social Pinterest, qui permet d’épingler ses centres d’intérêt, a même été qualifié de « drogue digitale pour les femmes », donnant aux magazines et blogs féminins une nouvelle raison d’être.

Selon un rapport évaluant le site en 2012, les catégories les plus populaires sur Pinterest sont l’habitat, les travaux manuels et la mode. C’est toujours vrai en 2018.

De récentes statistiques indiquent que deux millions de personnes publient des « pins » chaque jour, et que le site compte un milliard de « pins » !

18. Soulèvement #Jan25 sur la place Tahrir (2011)

Le 25 janvier 2011, des centaines de milliers d’Égyptiens descendent dans les rues et se rassemblent place Tahrir, au Caire, afin de protester contre 30 années de dictature sous Hosni Mubarak. Le soulèvement finit par pousser Mubarak à démissionner, de la même manière que les manifestations tunisiennes avaient évincé le dictateur Zine el-Abidine Ben Ali quelques jours plus tôt.

Des mouvements similaires, qui prennent collectivement le nom de « Printemps arabe », balaient les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, dans l’espoir de renverser les pouvoirs en place et d’apporter aux peuples des changements positifs. Selon plusieurs rapports, les réseaux sociaux jouent alors un rôle essentiel pour les organisateurs des manifestations, permettant à ces derniers de mobiliser, diffuser et façonner l’opinion.

Les hashtags Twitter les plus populaires (#Egypt, #Jan25, #Libya, #Bahrain et #protest) sont tweetés des millions de fois au cours des trois premiers mois de l’année 2011. L’utilisation de Facebook se développe dans toute la région arabe et double dans certains pays.

Le gouvernement parvient à bloquer brièvement tout accès à Facebook et Twitter, mais très vite, les activistes trouvent d’autres façons créatives de s’organiser, inspirant les spectateurs de toute la planète.

19. Snapchat séduit  (2011)

Pratiquement un an jour pour jour après Instagram, son futur rival,  « Picaboo », est lancé, avant d’être rapidement rebaptisé Snapchat suite à une action en justice menée par une entreprise de livres photos qui portait déjà ce nom (et ce n’est pas plus mal !).

Si l’application rencontre un succès immédiat, c’est parce qu’elle puise dans le caractère éphémère des moments de la vie : les utilisateurs publient des contenus (« snaps ») qui disparaissent au bout de 24 heures. (L’application leur permet même de vomir des arcs-en-ciel…)

Cette disparition des snaps séduit la tranche d’âge des adolescents, qui sont les premiers à utiliser l’application. Pour les ados, Snapchat constitue par ailleurs l’alternative parfaite pour retrouver leurs amis – et pour fuir leur famille sur Facebook.

20. Google Plus veut participer à la fête (2011)

En 2011, Google tente une nouvelle fois de s’imposer face à Facebook et Twitter – après avoir essuyé plusieurs échecs comme Google Buzz et Orkut. L’entreprise lance alors Google+ ou Google Plus qui repose sur un système d’invitations uniquement. Cet été-là, les nouveaux utilisateurs peuvent envoyer 150 invitations d’ici l’ouverture officielle du site en septembre. Mais la demande est si élevée que Google doit finalement faire machine arrière.

Google Plus se distingue de Facebook par ses « cercles » qui permettent de créer facilement des groupes d’amis et de connaissances, sans avoir besoin d’envoyer une demande d’ami.

À la fin de l’année 2011, Google Plus fait totalement partie de services tels que Gmail et Google Hangout. Malheureusement, en raison du calendrier de son lancement (qui intervient après Facebook et Twitter), ce réseau social peine à atteindre le nombre pharamineux d’utilisateurs actifs de ses concurrents. (Il est des fêtes auxquelles on ne peut arriver en retard…)

Aujourd’hui le réseau social est en fermeture progressive.

21. Facebook célèbre un milliard d’utilisateurs (2012)

Seulement huit années après son lancement par Mark Zuckerberg dans sa chambre étudiant à Harvard, Facebook annonce que son nombre d’utilisateurs vient d’atteindre une étape importante, puisqu’il équivaut maintenant à la population de l’Inde.

« Si vous lisez ceci : merci d’avoir donné à ma petite équipe et à moi-même l’honneur de vous servir. Aider un milliard de gens à être en contact est incroyable, cela rend humble et c’est de loin la chose dont je suis le plus fier dans ma vie », commente Zuckerberg.

Avec du recul, quand on sait que Facebook compte aujourd’hui deux milliards d’utilisateurs et trois autres plateformes pesant chacune un milliard d’utilisateurs – à savoir WhatsApp, Messenger et Instagram – cette citation semble encore plus désuète.

22. L’année du selfie (2014)

Twitter proclame 2014 « Année du Selfie » suite au selfie réalisé par Ellen DeGeneres lors de la cérémonie des Oscars. Vous connaissez cette photo, ou vous devriez la connaître, car ce selfie a été retweeté plus de trois millions de fois, établissant un nouveau record sur Twitter et remportant le prix Twitter « Golden tweet » de l’année.

Le débat sur qui a réalisé le premier selfie n’est toujours pas résolu. Paris Hilton affirme l’avoir créé en 2006. D’autres soutiennent qu’il s’agirait d’un certain Robert Cornelius, en 1839 (il n’a pas pu faire de commentaire à ce sujet).

23. Meerkat, Periscope : la guerre du streaming commence (2015)

Meerkat est la première application à créer l’engouement pour la vidéo en direct. Peu après, Twitter lance Periscope et remporte la première guerre du streaming (une autre viendra, j’en suis convaincu).

Simple à utiliser, Periscope devient l’application préférée des utilisateurs pour retransmettre et regarder des événements en direct. Pour séduire les utilisateurs, rien de tel que des cœurs pour exprimer son enthousiasme devant une vidéo et honorer le streamer. L’appli rencontre est tel succès qu’elle remporte le prix Application iOS de l’année 2015 décerné par Apple.

Trois ans plus tard, l’application rencontrerait des difficultés. Mais comme elle est intégrée à l’application mobile Twitter, il est toujours possible de devenir une star sur Periscope.

24. Facebook LIVE (2016)

Tardant à participer à la bataille de la vidéo en direct, Facebook commence par développer des fonctionnalités de streaming sur sa plateforme en 2016. Mais l’entreprise met tout en œuvre pour garantir sa réussite dans ce domaine, se dotant de ressources supplémentaires et établissant des partenariats avec des médias traditionnels tels que Buzzfeed, le Guardian et le New York Times.

L’attention particulière de Zuckerberg et le nombre impressionnant d’utilisateurs du réseau social ont également permis à Facebook d’asseoir sa domination.

25. Instagram lance les Stories (2016)

S’inspirant de la stratégie de Snapchat, Instagram lance les « Stories » afin de permettre à ses utilisateurs de poster des séquences photo et vidéo qui disparaissent sous 24 heures (bien que ces séquences puissent désormais être sauvegardées et archivées). À l’aide de filtres, stickers, sondages, hashtags et highlights, les Stories parviennent à rendre l’application Instagram encore plus addictive, alors même que cela semblait impossible.

26. Les élections américaines et la crise des fake news sur les médias sociaux (2016)

On pourrait dire que 2016 est une très mauvaise année pour les médias sociaux et, par extension, pour la démocratie.

Une guerre de l’information est savamment menée à l’aide d’« usines à trolls » sur les médias sociaux afin de propager de fausses informations (y compris de fausses déclarations et des théories du complot) au cours des élections présidentielles américaines. Des leaders d’opinion de médias traditionnels comme des journalistes, des experts et des politiciens (jusqu’à Hillary Clinton et Donald Trump) répandent des contenus qui s’avèrent avoir été partagés sur les réseaux sociaux par des bots.

Depuis, Facebook a révélé que 126 millions d’Américains avaient été exposés à des contenus publiés par des agents russes au cours des élections.

En 2018, les représentants de Facebook, Twitter et Google comparaissent devant le Congrès des États-Unis afin d’apporter leur témoignage dans le cadre des enquêtes sur l’ingérence russe dans la présidentielle américaine.

27. Twitter double la limite de caractères (2017)

Afin d’attirer plus d’utilisateurs, Twitter multiplie par deux sa mytique limite de caractères, qui passe de 140 à 280. L’initiative est largement critiquée par les utilisateurs (qui espèrent également que Trump ne sera pas informé de cette nouveauté).

Évidemment, c’est @Jack qui publie le premier tweet de 280 caractères :

Si la mise en place des « discussions » (ou « Twitterstorms ») était déjà une révolution, cette nouvelle initiative implique que les tweets les plus WTF (comprenez : c’est quoi ce délire ?) sont difficiles à éviter puisque tout le monde profite pleinement des 280 caractères.

28. Cambridge Analytica et #DeleteFacebook (2018)

Début 2018, on apprend que Facebook a autorisé un chercheur de la société Cambridge Analytica (qui avait travaillé sur la campagne présidentielle de Donald Trump) à acquérir les données de 50 millions d’utilisateurs du réseau social sans leur consentement. La campagne #DeleteFacebook (#SupprimeFacebook) se propage sur Internet : les utilisateurs protestent en supprimant massivement leurs profils Facebook. Malgré ce scandale, le nombre d’utilisateurs Facebook continue à grimper.

Subissant des pressions de plus en plus fortes pour répondre au problème de protection des données, Zuckerberg participe à cinq jours d’audience devant le Congrès américain.

29. Instagram lance l’application IGTV (2018)

Vous pensiez que Boomerang était la seule application vidéo qu’Instagram avait dans sa manche ? Détrompez-vous. Instagram est désormais prête à rivaliser avec YouTube : l’entreprise permet maintenant à ses utilisateurs de publier des vidéos allant jusqu’à une heure (contre 1 minute jusqu’ici), et lance une toute nouvelle appli baptisée IGTV, dédiée aux vidéos longues.

À venir en 2019

Découvrez nos prédictions pour l’année 2019 dans notre webinar consacré aux tendances des médias sociaux. Obtenez des informations issues de notre enquête auprès de plus de 3 255 professionnels des médias sociaux, et inspirez-vous des pratiques de pointe des plus brillantes marques au monde présentes sur les médias sociaux.

Réservez votre place