3 raisons de prendre Snapchat au sérieux

Accueil   /   Social

En 2013, un petit réseau social appelé Snapchat (perçu par un grand nombre comme un outil pour ados) refusait une offre d’achat de 3 milliards de dollars du géant des médias sociaux, Facebook. Lorsque l’histoire du refus fut rendue publique, de nombreux spécialistes des technologies ne comprenaient pas comment les jeunes créateurs de Snapchat, Bobby Murphy et Evan Spiegel, avaient pu snober l’offre.

Deux ans et demi plus tard, il semble que Snapchat ait bien eu raison. Quatre ans après sa création, le réseau social soi-disant éphémère est monté en puissance et est devenu le chouchou du monde des technologies. Il est actuellement estimé à 15 milliards de dollars après avoir levé un total de 848 millions de dollars en sept fois. Snapchat est désormais classé quatrième entreprise privée soutenue par le capital-risque au monde. Pendant ce temps, son cofondateur et PDG Evan Spiegel, âgé de 24 ans, pèserait désormais 1,5 milliard de dollars.

Mais pour de nombreux sceptiques, une question demeure. Comment un réseau social éphémère – sur lequel les gens envoient des images et des vidéos qui disparaissent pour toujours, quelques instants après avoir été consultées – peut-il valoir plusieurs milliards de dollars ? Comment un service gratuit qui, paraît-il, ne dispose que de peu voire d’aucun revenu ou bénéfice, peut-il peser plusieurs milliards de plus qu’un service de musique en streaming comme Spotify – qui fédère 15 millions d’abonnés payants ? Comment peut-il valoir 3 milliards de plus que Space X, la société d’Elon Musk qui conçoit des navettes spatiales ?

Il suffit de jeter un œil plus attentif au pouvoir de séduction unique de Snapchat et au profil démographique de ses utilisateurs pour comprendre pourquoi il vaut 15 milliards de dollars… à l’aise. Voici 3 raisons de prendre Snapchat au sérieux, 3 raisons pour lesquelles Snapchat continuera de grandir rapidement et sera en position de monétiser, de manière extrêmement forte, dans un futur proche :

#1 – Ce réseau social est (toujours) amusant 

En signant la toute première publication de l’entreprise en 2012, le PDG, M. Spiegel, a décrit la mission de l’entreprise : « Nous créons une application photo, loin des notions irréelles de beauté ou de perfection, qui propose un espace d’expression de l’humour, de l’honnêteté ou de toute autre envie ressentie au moment où vous prenez et partagez un snap».

En d’autres termes, Snapchat voulait, dès le départ, se positionner comme un réseau social différent, moins axé sur la création et la mise en avant d’une image ou d’une identité soignée (à la Instagram) que sur le simple fait de s’amuser. Les utilisateurs de l’application envoient des « snaps » (des images et des clips vidéos courts) à un ou plusieurs amis en même temps, ou diffusent des « histoires » (des mises à jour plus longues restant à disposition pendant 24 heures). Tous les snaps disparaissant pour toujours après avoir été visualisés (selon Snapchat), les utilisateurs sont libres d’être spontanés (comme dans la vie réelle) sans craindre de laisser des traces numériques qui pourraient les hanter pendant des années. Snapchat ne proposant aucune fonctionnalité de filtre ou de modification, les snaps publiés par les utilisateurs sont bruts et non retouchés. Ils sont authentiques par essence.

Enfin, contrairement aux principaux réseaux sociaux, Snapchat ne propose pas de mention J’aime ni d’option de partage ou de commentaire. L’objet du réseau n’est pas un concours de popularité virtuelle ou de nombre d’abonnés. Les utilisateurs publient librement (parfois trop librement), parce qu’ils savent qu’ils ne seront pas censurés ou harcelés par les trolls qui infestent les autres réseaux. Ils peuvent également être plutôt certains que leurs toutes dernières informations ne finiront pas entre les mains de leurs parents (ou de leurs papis et mamies…).

Pour les fans de Snapchat, ces fonctionnalités font de ce réseau social un lieu unique sur lequel ils peuvent se lâcher, s’amuser et être eux-mêmes, sans conséquences. Dans l’espace des médias sociaux, envahi de réseaux sur lesquels l’image est centrale et les informations sont, par essence, publiques, ceci représente un avantage unique.

#2 – Ce n’est que le début !

En avril dernier, 40 millions de personnes se sont connectées pour assister à la diffusion en direct du festival musical annuel Coachella sur Snapchat. (Le flux diffusé par le personnel de Snapchat par l’intermédiaire de l’application consistait en un court-métrage créé à partir de vidéos réalisées par les utilisateurs lors de l’événement.) Comparez ce chiffre aux 24,8 millions de téléspectateurs qui ont regardé les Grammy Awards au mois de janvier. Bien évidemment, un programme tel que les Grammy Awards est beaucoup plus long qu’un flux Snapchat de deux minutes. Mais d’un autre côté, ces chiffres mettent en lumière une tendance plus grande encore : les canaux de médias traditionnels, comme la télévision, voient leur popularité baisser chez les jeunes générations. Par exemple, une enquête récente de Deloitte révélait que la génération Y (entre 14 et 25 ans) considère à égalité la télévision et les médias sociaux comme source de nouveau contenu.

coachella snpachat

Si le succès des flux en direct de Snapchat est un indicateur, l’entreprise est en passe de devenir un acteur de premier plan en tant que fournisseur de contenu. C’est peut-être même déjà le cas. Au début de l’année, Snapchat a lancé une nouvelle fonctionnalité appelée Discover, en partenariat avec plusieurs éditeurs bien connus, dont CNN, Yahoo, VICE, National Geographic et bien d’autres. La fonctionnalité Discover se compose de différents « canaux » de contenu, dans lesquels chaque éditeur publie quotidiennement une sélection de nouvelles histoires. Ainsi, les utilisateurs peuvent consulter des actualités (sur mesure) sans jamais quitter l’application. En avril dernier, l’entreprise indiquait avoir recruté le correspondant politique de CNN Peter Hamby. Des rumeurs ont donc commencé à courir sur le fait que Snapchat pourrait développer son propre service d’informations ou même devenir spécialiste en couverture de l’actualité politique.

#3 – Les jeunes branchés sont sur Snapchat – et les annonceurs veulent y accéder

snapchat-header

Soyons honnêtes. Le profil démographique des utilisateurs de Snapchat est l’un des facteurs les plus importants expliquant sa valeur grandissante. Déjà, pour commencer, le réseau s’accroit en permanence. Snapchat n’a peut-être que 200 millions d’utilisateurs (comparés au 1,4 milliard de Facebook), mais sa base d’utilisateurs est celle qui augmente le plus vite parmi tous les réseaux sociaux. Les utilisateurs actuels de Snapchat sont jeunes, très jeunes. Ils se situent plutôt entre 13 et 25 ans, tandis que les utilisateurs de Facebook ont en moyenne 40 ans. (Ces dernières années, Facebook a connu un déclin constant auprès des adolescents). Aux marques et aux médias qui tentent en permanence de toucher les consommateurs de demain, Snapchat offre la possibilité d’atteindre un profil démographique hautement convoité. En outre, une récente enquête de Pew révélait que les jeunes utilisateurs de Snapchat – avec ceux d’Instagram – sont également issus des foyers les plus aisés.

Snapchat n’a pas encore tout à fait mis en place de stratégie de création de bénéfices (l’entreprise a supprimé cette année sa plateforme d’annonces d’origine, Brand Stories). Si l’on considère le succès important de la fonctionnalité Discover (y compris le nouvel outil « dessiner et partager » qui permet aux utilisateurs de réaliser des croquis sur de nouvelles histoires) et celui du streaming d’événements en direct, comme celui de Coachella, l’entreprise finira en toute probabilité par trouver un moyen de monétiser sa base d’utilisateurs. Il y a fort à parier que les annonceurs trépignent d’impatience et sont prêts à payer le prix fort pour atteindre ces consommateurs en devenir.

En fin de compte, Snapchat ne se repose pas sur ces lauriers. Il ne s’agit certainement plus d’une application pour « sextos ». En fait, le flux régulier d’investissements réalisés ces deux dernières années a ouvert la porte à une croissance plus importante et à de nouvelles expérimentations d’avenir. Il est plus que probable que l’estimation actuelle de Snapchat (15 milliards de dollars) semble ridicule dans quelques années.

Vous snappez ? Où se trouve son potentiel, selon vous ? Faites-moi part de vos commentaires !

Pour en savoir plus sur les médias sociaux et sur mon entreprise, suivez Hootsuite sur LinkedIn.*

 

*Cet article est la traduction française d’un billet rédigé par le CEO d’Hootsuite, Ryan Holmes. Découvrez l’ensemble de ses billets sur Linkedin et sa biographie ici.